La course à pied Les blogs courseapied.net : Jetto

Le blog de Jetto

Flux rss du blog, des réactions

Mes catégories

Mes derniers billets

Mes liens

  • A venir

Le forum courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-10-17 19:33:38 : Long CR du triathlon promo de Rambouillet 2007 - 0 photo - 9 réactions

Comme je nage depuis 2 ans en club, que je cours depuis 2 ans et que je fais du vélo depuis cet été, je n'ai pû résister à la tentation d'enchaîner ces trois disciplines.

Les questions existencielles d'un débutant en tri


Au début, je prévoyais de faire le tri sprint d'Attichy, mais il arrivait trop tôt et je n'étais pas prêt. Et puis, la natation se faisant en rivière, il me fallait une combinaison et je ne comptais pas investir tout de suite dans ce matériel. Il restait le tri contre la montre de Bonbouffle avec nage en piscine, mais il était un peu tôt aussi. J'ai donc opté pour celui de Rambouillet pour avoir un peu plus de temps pour me préparer.

J'ai tergiversé pas mal au sujet des transitions car il était évident pour moi que ce serait un domaine où je serais faible. Le problème est que j'avais peur d'avoir froid en vélo. C'est assez idiot, cela m'a obsédé bien que je n'ai jamais eu l'occasion de souffrir du froid avant ou alors juste en début de sortie. J'ai donc écarté l'option de m'acheter une trifonction pour gagner du temps.

Finalement, je décide qu'à la première transition, je mettrais un cuissard de CàP et un maillot de CàP manches longues s'il fait froid en sortant de la piscine; et manche courte dans le cas contraire. Je prévois aussi un coupe vent en espérant de pas en avoir besoin car la fermeture éclair est galère à mettre. J'ai une ceinture port dossard.

J'ai également décidé de ne pas remplacer mes pédales automatiques par des pédales avec cale-pieds. Il faudra donc que je change de chaussures. Malheureusement je n'ai pas trouvé de lacets rapides ; il faudra donc que je prenne le temps de faire des noeuds.

Ensuite, pour être sûr de ne pas avoir d'ampoules aux pieds, j'ai prévu de prendre le temps de mettre des chaussettes. En fait, comme je n'ai pas eu le temps d'expérimenter sans chaussettes, je ne veux pas prendre de risque et m'handicaper pour les semaines à venir le temps que ça cicatrise. En fait, je l'ai fait une fois de courir sans chaussettes car je les avais oubliées et j'ai fini avec mes NB 1060 pleines de sang.

Enfin, j'ai renoncé au port du cardio fréquencemètre et de l'accéléromètre car je craignais que l'installation des électrodes après la natation soit trop longue et que, comme cela arrive des fois, le cardio ne détecte pas mes battements tout de suite et me fasse perdre du temps. Ce n'a pas été un décision facile à prendre car depuis que je l'ai, je n'ai jamais couru sans et qu'une sorte de dépendance est apparue. J'ai juste décidé d'utiliser le récepteur comme chronomètre.

Tout cela peu paraître bien futile mais quand je fais une course je tente de faire le mieux possible, ce qui me conduit à me poser plein de questions métaphysiques. Le problème c'est qu'en triathlon, il y a bien plus de possibilités qu'en course à pied et que pour un novice, c'est bien difficile de faire les bons choix.

Les dernières semaines avant la course, les sorties en vélo se sont faites plus rares ; par contre, j'ai un plus forcé en course à pied. J'ai tenté le WE avant la course d'enchaîner vélo puis CàP, mais cela a tourné court suite à un redémarrage de mon transit intestinal au moment de la CàP combiné avec une panne de mon accéléromètre. Les 10Km prévus se sont transformés en à peine 1.

Le problème que j'ai en ce moment, c'est qu'avec mon année d'arrêt de CàP, je ne sais plus tout où je suis en terme d'allure de course. J'espérais tenir du 5mn10 au kilo, mais après avoir tenté de fractionner une fois à cette vitesse, je me suis rendu compte que je n'avais les moyens de tenir cette vitesse. En plus, impossible de dire comment je serais entamé après le vélo.

Pour le vélo, c'est simple je ne connais qu'une façon de pédaler : c'est à fond tout le temps. Y'a juste une petite variante quand je décide de ne pas pédaler dans les descentes. La natation c'est un peu pareil, donc pas de problèmes.

Pour résumer, sur les 4 disciplines du triathlon, y'en a 2 qui m'inquiètent : la course à pied et surtout les transitions.

Avant la course


Le dimanche de la course, nous (ma femme, mon fils et moi) sommes donc partis de bonne heure pour Rambouillet et sommes arrivés pratiquement les premiers.

L'installation dans le parc à vélo se fait tranquillement et la longue attente avant le départ commence. Il ne faut pas se plaindre car j'ai le dossard 82 et les départs se font par vagues de 5 nageurs toutes les minutes 30. Je n'ai donc qu'à attendre 24mn après le premier départ.

Ce qui me gène le plus, c'est le manque d'échauffement car je sais que je coince en natation si je part complètement froid. J'avais prévu de courir 15mn avant le départ, mais comme le briefing a lieu dans la piscine, je me suis mis en maillot tout de suite. Finalement, je m'échauffe en faisant des flexions, car si je pars avec mon système cardio vasculaire complètement au repos, c'est pas bon.

C'est parti (450m de natation)


Voila, je suis dans ma ligne d'eau et le top départ de ma vague est donné. Mince ! deux brasseurs ont virés juste avant mon départ et il va falloir que je commence par les redoubler. Je me sens assez bien en natation, je suis un peu limité par les nageurs qui sont plus lents et qu'il faut doubler, mais je me dis que c'est de l'énergie d'économisée pour la suite. Mon contrôleur m'annonce les dernier 50m, je fais mon dernier aller-retour et voila c'est fini la natation.

Je cours, très prudemment pour éviter les glissades, à mon emplacement de vélo tout en me séchant et c'est parti pour la première transition. Là, je constate qu'il fait très beau et bon. Ce sera donc maillot à manches courtes. Pas de chance j'avais préparé celui à manches longues et laissé l'autre dans le sac à côté du vélo. En fait, je me change sans problème et me voila parti pour 17km de vélo. Je suis ralenti dans le parc par deux concurrents que je dépasse dès la sortie du parc en montant sur mon vélo.

Petite balade en vélo (17km)


Je ne regrette pas mes pédales automatiques type VTT car en plus de me permettre de courir assez confortablement sans abîmer les cales, elles sont très rapides à enclencher. Et, en une seconde, les deux ralentisseurs sont derrière.

Sur le parcours vélo, je suis très prudent, je mets même mon bras pour doubler un concurrent. Le plan, c'est à fond sans faire n'importe quoi. Donc pas de trop gros braquets mais je monte en 50x13 dans les descentes quand même. Je commence à croiser les premières filles. Je dépasse peu et je me fais peu dépasser donc difficile de dire où je suis. Sur la fin, je me fais une petite frayeur car au moment où je mets le bras pour indiquer que je tourne, y'a un avion qui me dépasse et il a failli prendre un belle baffe. Bon, Ok mettre le bras, c'est moyen mais comme on roulait sur route ouverte, ça me semblait normal.

Me voila de retour dans le parc à vélo et lorsque je pose le pied par terre, je constate que mes jambes sont à peine en état de soutenir mon poids. Je me dis que ça va passer et enfile mes running. Je prend même le temps de faire un double noeud.

Faut courir maintenant (5km)


J'hésite un peu sur la direction à suivre pour sortir du parc mais en quelques fouléesn je suis dehors. Les jambes ne vont pas du tout. On dirait que j'ai une plaque de bois à la place des quadriceps. J'y vais quand même molo car je veux finir cette course. Je prend un gel coup de fouet que j'avais dans la poche arrière de mon cuissard et j'attends qu'il fasse effet. Pour dire j'attends encore. Je trouve le parcours long, j'ai vraiment l'impression de me traîner. Je me fais enrhumer par une fille qui est partie 3mn après moi et ça m'agace un peu mais j'ai pas ce qu'il faut pour accrocher son train. En plus, elle s'arrête au ravitaillement la coquine, je la redépasse et elle me reredépasse. Au niveau souffle, ça va mais pas de force dans les jambes pour accélérer. D'un autre coté, ça ne s'aggrave pas non plus, donc en continuant comme ça, y'a pas de doute que je finirais. Dans les derniers 50, j'entends quelqu'un derrière qui sprinte alors je sprinte aussi. Et ça y est, je finis mon premier triathlon en 1h17mn20s.

Après l'effort...


Le temps de prendre un petit ravitaillement, et ma femme m'appelle pour me dire qu'Enzo est dans le parc à vélo, j'arrive juste à temps pour le voir tracer et lui lancer un petit mot d'encouragement. C'est pas tous les jours que j'ai l'occasion d'encourager les leaders d'une course à laquelle je participe. A ce moment, je ne pensais pas qu'il allait gagner mais je pensais qu'il ferait une très bonne place quand même.

C'est un peu long d'attendre la fin de la course, donc pour passer le temps, ma femme et moi rejoignons l'arrivée de la course à pied pour encourager les concurrents et voir Enzo terminer. La Pépite vient me dire bonjour. Je me demande comment elle m'a reconnu. C'est peut-être parce que j'ai y «Jetto» écrit dans le dos en fait. Enzo termine, il a l'air tranquille.

Après l'avoir laissé soufflé un peu, je vais lui dire bonjour et là, il me dit : «j'ai fait dans les 55, l'année dernière ça c'est gagné en 57...» et partir de ce moment je deviens très impatient de voir les résultats.

Les résultats


Je suis 179ème sur 273 (56ème sur 79 en vétéran homme 1)

133ème temps natation (9mn26s)
(37ème VH1),
259ème temps transition 1 (4mn56s) je perd 66 places !
(73eme je perd 19 places en VH1)
148ème temps vélo (33mn46s) je gagne 25 places
(47ème je gagne 4 places en VH1)
253ème temps transition (2mn07s) je perd 8 places
(73ème je perd 2 places en VH1)
184èeme temps course (27mn05s) je gagne 3 places
(59ème je perd 2 places en VH1)

A Suivre...

2007-07-07 20:18:49 : Les bras cassés de la natation font un triathlon - 0 photo - 10 réactions

Personne ne sait vraiment par qui cette idée est arrivée mais ce n'est pas très important en fait. Toujours est il que Stéphane (c'est un fille), Éric et moi, nous nous sommes inscrits pour faire le triathlon de découvert de Beauvais en relais.

Éric s'est porté volontaire pour faire les 300m de natation, Stéphane pour les 10km de vélo et moi les 3km de course à pied. Déjà le premier problème c'est que la course à pied depuis mon claquage en octobre c'est très très irrégulier. En ce moment je ne cours même pas 20km par mois. Donc 3km vu mon niveau de forme ce n'est pas une formalité. Même si je me suis concentré sur la natation, ça ne compense pas l'absence de pratique en course à pied. Donc j'ai prévenu mes coéquipiers que je ferais ce que je pourrais mais que j'étais assez loin de mes performances de l'année dernière.

Il savoir que Stéphane et Éric lorsqu'ils se déplacent sur une compétition de natation ils reviennent avec une ou 2 médailles chacun. Je me disais donc qu'il y avait des chances qu'ils me passent le relais en très bonne position et je ça me faisait un peu mal au coeur de gâcher leurs efforts.

Donc ce midi en route pour Beauvais dans la voiture de Stéphane. Mais là, stupeur personne ne sait où est le plan d'eau du Canada par rapport à Beauvais et pas de carte dans la voiture. Comme on a de l'avance on se dit que ce n'est pas grave et que ce sera indiqué.

Mais non ce n'est pas indiqué et il nous a fallu nous arrêter à une station service. Seulement après quelques minutes de route, il devenait évidant que ça ne donnait rien de bon. Donc arrêt dans un village à la sortie de Beauvais pour re-demander notre chemin, puis encore une fois quelque kilomètres plus loin où on nous dit de faire demi tour, puis encore une fois dans Beauvais et il faut encore faire demi tour. En plus des travaux nous empêchent de suivre les dernières indications ce qui nous oblige encore à faire un détour de plusieurs kilomètre.

Finalement nous trouvons le plan d'eau du Canada mais notre avance a bien fondu et nous sommes même carrément en retard pour le briefing. En plus de ça nous découvrons rapidement que le point de Rendez-vous du triathlon est à l'opposé par rapport au lac du point où nous nous trouvons. Donc nous envoyons La cycliste en éclaireur pour prendre les dossards et suivre le briefing. Éric et moi continuons en marche rapide. Il se change rapidement et se dirige vers l'aire de départ des nageurs car il ne reste que 5mn avant le départ. De mon côté je cherche Stéphane vers le parking à vélo qui est sur le point d'être fermé. Je demande autour de moi comment se déroule le passage de relais et là quelqu'un nous montre un sachet en plastique qui contient un scratch en tissu noir et nous dit que c'est avec cette puce que le relais est passé et les chronométrages effectués et qu'il faut que je cours pour la remettre au nageur de l'équipe.

Je cours donc jusqu'à l'aire de départ des nageurs et là bas j'appele Éric de toute mes forces mais je ne le vois pas. Finalement, j'explique mon problème aux officiels qui arrêtent la procédure et finissent pas le retrouver. Je lui installe la puce à la cheville, et je retourne dans le parc à vélo.

Autant vous dire qu'après toutes ces péripéties la course en elle même est pratiquement sans intérêt. Pour résumer Éric sort de l'eau en 7mn37. Ça a été impossible de progresser dans le peloton et ça a pas mal bastonné en plus. Stéphane fait le 35ème temps en vélo en 28mn58 et perd 5 places. Je fais le 30ème temps en CAP en 14mn28 (moi j'ai 14mn49 mon chrono) et je perd une place après un beau sprint à l'arrivée où je n'arrive pas à reprendre la fille qui est devant moi à 20centième. Mais y'a que moi qui l'ai vu car mes 2 coéquipiers sont restés dans la parc à vélo et n'ont même pas daigné s'approcher de la ligne d'arrivée.

Nous sommes 34ème des relais et 21ème des relais mixte en 49mn01s52.

Nous savons ce qu'il nous reste à améliorer en priorité pour la prochaine fois, c'est l'orientation.

J'ai oublier de dire, demain je fais un 2,5km de nage en eau libre à Jablines et Éric fait le 5km. C'est limite pour moi cette distance alors j'espère que la petite aventure d'aujourd'hui ne me coutera pas trop demain

2006-10-22 18:56:52 : Marathon des Yvelines 2006 : CR provisoire - 0 photo - 10 réactions

Avant toutes choses ,j'ai l'intention de rééditer ce CR exprès quand j'aurai meilleur moral. Je mets juste ça en ligne maintenant pour que les personnes qui m'ont suivies et soutenues aient de mes nouvelles tout de suite.

Donc en résumé tout s'est bien déroulé jusqu'au 19ème kilomètre. Là une petite gêne que je ressentais dans la cuisse gauche s'est transformée en douleur et m'a contraint à abandonner. Cela ressemble beaucoup à ce que j'ai eu au mollet l'année dernière. Je pense que c'est une élongation ou au pire un claquage.

Donc j'ai bien le rage ce soir et j'espère juste que ça va guérir rapidement sans laisser de trace.


www.courseapied.net - info@courseapied.net